Transpiration des aisselles

Écrit par les experts Ooreka

 

La transpiration des aisselles, tout comme la transpiration des mains, la transpiration des pieds et la transpiration du visage,peut poser de nombreux problèmes sociaux, relationnels et personnels. Elle concerne plus de 3 % de la population.

Elle découle généralement, lorsqu'elle est excessive, d'un dérèglement du système nerveux sympathique. C'est ce système qui est en charge de la stimulation des glandes sudoripares à l'origine de la production de sueur.

Une transpiration excessive prend, quelle que soit sa localisation, le nom d'hyperhidrose. Dans ce cas, la production locale de sueur est supérieure à 50 ml par minute.

Les aisselles : zone de transpiration prédisposée

Les aisselles sont une zone de transpiration prédisposée, à cause :

  • des nombreuses glandes productrices de sueur s'y logent ;
  • de la pilosité de cette région, qui va elle aussi favoriser la sudation.

Si cette production de sueur est normale, elle ne doit pas non plus être excessive.

S'il s'agit bien d'hyperhidrose, elle peut :

  • être localisée au niveau des aisselles uniquement ;
  • ou bien être généralisée et concerner l'ensemble du corps.

Dans ce dernier cas, la transpiration des aisselles n'est qu'un symptôme parmi d'autres.

Bon à savoir : la prise en charge et le traitement de la transpiration ne seront pas les mêmes selon qu'elle sera généralisée ou non. Il est donc important de le déterminer.

Problèmes liés à la transpiration des aisselles

Les problèmes liés à la transpiration des aisselles (ou transpiration axillaire) sont handicapants à plusieurs niveaux :

  • social ;
  • professionnel ;
  • personnel (estime de soi, confiance en soi).

En effet, la transpiration axillaire est visible et entraîne :

  • des auréoles sur les vêtements (de plus, les habits se décolorent et le tissu s'abîme) ;
  • une odeur désagréable et marquée (a fortiori en cas de bromhidrose) ;
  • un important inconfort (aisselles humides, collantes, voire constamment trempées de sueur).

Cette situation embarrassante est généralement source de stress. Or, le stress est lui-même un des facteurs entraînant une hyperhidrose et une transpiration axillaire en particulier

De même, cela rend difficile le sport intensif et les professions exposées au froid, puisque les vêtements sont constamment humides. Dans les cas les plus graves, la production de sueur se poursuit, même pendant la nuit, et quelle que soit la température.

Solutions contre la transpiration des aisselles

Il existe plusieurs solutions contre la transpiration des aisselles.

Traitements classiques

Outre les déodorants, qu'il s'agisse de déodorants naturels ou non, plusieurs traitements permettent de régler les problèmes de transpiration.

Parmi eux, on compte :

  • les traitements locaux (efficaces au niveau des aisselles, mais assez peu au niveau des mains et des pieds) ;
  • l'homéopathie ;
  • l'aromathérapie, ou traitement par les huiles essentielles ;
  • l'injection de toxine botulique, ou Botox, qui va empêcher le fonctionnement normal des glandes sudoripares ;
  • la chirurgie.

À noter : dans une moindre mesure, il est possible d'utiliser la technique de l'ionophorèse, mais les résultats sont moins intéressants que lorsqu'elle est pratiquée sur les mains ou les pieds.

Il est par ailleurs important de déterminer, dans le cas d'une hyperhidrose, si celle-ci est locale (au niveau des aisselles dans ce cas) ou généralisée.

Traitements naturels

Vous pouvez également employer des solutions naturelles, comme :

  • le bicarbonate de soude appliqué sur vos aisselles sèches à l'aide d'un morceau de coton ;
  • le vinaigre de cidre, mélangé à deux fois moins d'alcool à 90°, qui peut être appliqué avant chaque nuit au niveau des aisselles ;
  • le jus d'Aloe vera, selon le même procédé.

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !