Ionophorèse

Écrit par les experts Ooreka

La technique de l'ionophorèse consiste à appliquer un faible courant électrique à la peau pour bloquer le fonctionnement normal des glandes sudoripares.

Ce traitement arrive en deuxième position des traitements allopathiques pour traiter les hyperhidroses modérées des pieds et des mains, après ceux à base de chlorure d'aluminium.

Le traitement des aisselles par ionophorèse est également réalisable, mais plus compliqué à mettre en œuvre et moins efficace. Le traitement de la transpiration du visage ou de toute autre zone du corps n'est pas possible avec cette méthode.

Ionophorèse : caractéristiques

Pour un traitement d'ionophorèse :

  • Il est nécessaire de se doter d'un appareil spécial qui coûte de 200 à 1 000 euros.
    • Pour cela, il est possible d'obtenir une ordonnance du médecin, et la demande passe ensuite devant une commission qui décide de la somme remboursée en fonction des cas).
    • Il est donc parfois préférable de réaliser ce type de traitement chez un praticien équipé, généralement un dermatologue, voire un kinésithérapeute.
  • Les séances sont remboursées par la Sécurité sociale.
  • Ce traitement est insuffisant pour traiter les hyperhidroses importantes mais doit être envisagé avant tous les autres qui se révèlent plus lourds.

Principe de l'ionophorèse

Un courant électrique d'environ 15 à 20 mA va passer dans des bassines remplies d'eau, dans lesquelles le patient plonge ses mains et/ou ses pieds.

  • L'efficacité de l'ionophorèse reposerait sur l'obstruction des canaux des glandes sudoripares par les ions chargés électriquement et mis en mouvement par le courant électrique.
  • Les ions interagiraient aussi bien sur les glandes elles-mêmes que sur les canaux qui excrètent la sueur.
  • Le traitement se révèle généralement efficace, quoique contraignant.
  • Bien employé, il est sans danger.

Efficacité

Le traitement par ionophorèse s'effectue dans un premier temps à raison de plusieurs séances hebdomadaires. On obtient généralement assez rapidement des résultats, qu'il faut par la suite entretenir en réalisant de nouvelles séances environ une fois par semaine.

Dans le meilleur des cas, les rémissions peuvent durer jusqu'à 6 mois.

Une fois le traitement d'attaque achevé, des séances d'entretien seront à réaliser dès la reprise de la transpiration.

Protocole de traitement

Traitement des mains et des pieds par ionophorèse

Le patient commence par ôter tout ses bijoux :

  • bagues ;
  • bracelets ;
  • bracelets de cheville...

Il faut s'assurer qu'aucune plaie n'est présente sur la zone à traiter. Dans le cas contraire, il faut appliquer dessus un corps gras (type vaseline) ou du collodion pour la protéger du courant électrique.

  • Le patient place ensuite une main (ou un pied) dans un bac, l'autre dans un autre et de l'eau tiède y est versée. Il s'agit d'une eau du robinet parfaitement ordinaire.
  • Via les électrodes reliées aux bacs, on fait alors passer un léger courant électrique qui va progressivement être augmenté (de 0 à 20 mA environ).
  • Le patient ne doit pas sortir ses mains (ou ses pieds) de l'eau pendant toute la durée de la séance. Dans le cas contraire, cela entraînerait un léger court-circuit et une décharge plus importante (quoique inoffensive).
  • Au bout de 10 minutes, le courant est ramené à 0 puis inversé (on le fait circuler en sens contraire). Il est une nouvelle fois progressivement augmenté jusqu'à 20 mA et le patient tient la pose 10 minute supplémentaires.

Traitement des aisselles par ionophorèse

Dans le cadre du traitement de la transpiration des aisselles, on se sert d'éponges qui contiennent une électrode destinée au traitement.

Le patient place l'éponge au niveau de l'aisselle et la bloque avec le bras. Il répète la même opération de l'autre côté.

Le principe de traitement est ensuite le même que pour traiter la transpiration des mains ou la transpiration des pieds.

Néanmoins, on constate de moins bons résultats que pour l'hyperhidrose palmo-plantaire.

Effets secondaires et contre-indications à l'ionophorèse

Les seuls effets indésirables à déplorer sont parfois :

  • des démangeaisons ;
  • une rougeur ;
  • plus rarement, des eczémas ou des brûlures.

À noter : la rougeur de la peau qu'on observe généralement est due à une vasodilatation des vaisseaux et n'est pas problématique tant qu'aucune douleur n'y est associée.

L'ionophorèse est contre-indiquée chez :

  • les femmes enceintes ;
  • les enfants si aucun avis médical n'a été émis (le traitement doit s'adapter à l'épaisseur de la peau, plus fine chez les enfants) ;
  • les personnes portant un pacemaker (stimulateur cardiaque).

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
claude andurand

hypnothérapeute, thérapie brève, orienté solutions | cabinet de psychothérapie

Expert

DJ
dr anouar jarraya /tunis tunisie

psychiatre psychothérapeute sexologue | cabinet médical (adultes & enfants)

Expert

vanessa méril-mamert

nutritionniste, créatrice culinaire | wellness nutrition

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !