Hyperthermie

Écrit par les experts Ooreka

 

L'hyperthermie est une élévation de la température de l'organisme au-delà de la norme de 37°C, suite à :

  • une baisse du mécanisme de transpiration ;
  • un exercice musculaire intense ;
  • une diminution de la thermolyse (dissipation de la chaleur) en raison d'une température trop élevée (en plein été par exemple) ;
  • une hydratation insuffisante.

Mécanisme de l'hyperthermie

Le « coup de chaleur » s'apparente à l'hyperthermie.

  • Il concerne surtout les enfants et les personnes âgées en période de canicule ou dans une ambiance surchauffée (véhicule ayant chauffé en plein soleil, par exemple).
  • Il apparaît en cas d'effort intense ou prolongé.

Il faut intervenir rapidement, tout en différenciant coup de chaleur et insolation.

Principe

Une hyperthermie intervient dans les 4 à 5 heures qui suivent un coup de chaleur. La chaleur corporelle augmente alors de façon brutale et peut parfois s'élever jusqu'à 42°C.

Ce problème de transpiration se rencontre généralement chez des sportifs n'ayant pas pris suffisamment de précautions pour correctement s'hydrater alors qu'il règne une forte chaleur.

Voilà ce qui se passe :

  • Lorsque la température extérieure atteint les 25°C, un équilibre thermique se met en place entre l'air et la peau.
  • Au-delà de cette température, le corps est obliger de transpirer pour se refroidir.
  • Si l'atmosphère extérieure est déjà humide (en milieu tropical par exemple), le mécanisme de sudation va être perturbé, empêché, et l'évacuation de la sueur compromise.
  • Au final, on aboutit à une hyperthermie dans la mesure où les capacités de dissipation de la chaleur (thermolyse) sont dépassées. On débouche alors sur une rétention calorique.

Hyperthermie maligne

Elle concerne surtout les personnes qui ont effectué un effort musculaire important et prolongé dans une ambiance surchauffée (favorisée par un important degré d'hygrométrie).

Dans ce cas, les systèmes dédiés à la régulation de la température corporelle sont désadaptés et ne parviennent plus à gérer l'excès de chaleur.

Typiquement, les sports concernés sont :

  • le semi-marathon et le marathon ;
  • la course d'endurance (et particulièrement les compétitions d'iron man) ;
  • le raid, etc.

On observe dans ce cas :

  • une importante augmentation de la température corporelle ;
  • l'absence de ressenti de fatigue ;
  • l'absence de transpiration ;
  • une diminution des réflexes (on ne pense plus à s'hydrater) ;
  • un essoufflement anormal ;
  • des difficultés motrices (tension et rigidité musculaire notamment) ;
  • l'apparition de troubles neurologiques, en ce que la peau n'évacue plus de sueur.

Important : l'hyperthermie maligne d'effort est une urgence médicale qui met en jeu le pronostic vital.

Fièvre

La fièvre est secondaire à une hyperthermie qui apparaît suite à un décalage (à la hausse) du thermostat de l'organisme.

Dans ce cas, la température peut :

  • passer brutalement de 37 à 40°C ;
  • augmenter progressivement ;
  • débuter au-delà d'un certain seuil après un début progressif.

Symptômes de l'hyperthermie

Symptômes de l'hyperthermie maligne

En cas d'hyperthermie maligne d'effort, on observe :

  • un collapsus cardio-vasculaire ;
  • une chute de la pression artérielle ;
  • une vasodilatation marquée (augmentation du calibre des vaisseaux sanguins) rendant la peau rouge ;
  • une fatigue brutale ;
  • une sueur profonde ;
  • une soif intense ;
  • une diminution de la résistance vasculaire périphérique (rapport entre la pression artérielle et le débit sanguin) ;
  • parfois des signes psychologiques :
    • agressivité ;
    • agitation et excitation ;
    • désorientation ;
  • des signes musculaires :
    • crampes ;
    • trismus (verrouillage de la mâchoire qui ne peut plus s'ouvrir normalement) ;
    • mydriase (dilatation de la pupille) ;
  • des symptômes digestifs (nausées, vomissements).

Au niveau de la température du corps :

  • en cas de température de moins de 40,5°C, la déshydratation est le symptôme principal :
  • si la température excède les 40,5°C, on retrouve des symptômes d'œdème cérébral, et le système de thermorégulation dysfonctionne.

Symptômes de la fièvre

En cas de fièvre, on observera :

  • des frissons (une sensation de froid est perçue par la victime) ;
  • une sudation marquée, en sachant que l'odeur de la transpiration a son importance ;
  • des douleurs musculaires et des maux de tête ;
  • une importante fatigue.

Traitement de l'hyperthermie

Prévention

Il faut, dans l'idéal, mettre en place un système préventif en amont pour éviter les hyperthermies dues à des efforts sportifs mal préparés.

  • Ne pas consommer d'alcool avant une activité sportive intense.
  • Ne pas consommer de produits diurétiques (du thé par exemple) dans les 12 heures précédant un effort.
  • Se renseigner sur les médicaments que l'on prend (autorisent-ils à s'exposer au soleil ou pas ?).
  • Boire régulièrement et suffisamment.
  • Se vaporiser de l'eau sur le visage.
  • Éviter de s'exposer se façon prolongée au soleil dans les zones surchauffées (voiture, toit en tôle...).
  • Se couvrir la tête en cas de grand soleil (casquette, chapeau).
  • Pratiquer son sport en t-shirt ventilé plutôt que torse nu.
  • Diminuer son effort en cas de très forte chaleur.

Traitement

Lorsque l'hyperthermie est avérée, il faut en premier lieu faire en sorte de rafraîchir la victime :

  • éloigner le patient de la source de chaleur ;
  • déshabiller la victime ;
  • la coucher avec la tête posée sur un coussin ;
  • la mettre dans un courant d'air (ou près d'un ventilateur) et l'asperger d'eau légèrement fraîche.

Attention : il ne faut pas non plus trop refroidir la surface du corps, car les vaisseaux sanguins vont alors « se refermer » (vasoconstriction), ce qui va ralentir la régulation de la température centrale.

Bien entendu, ne pas hésiter à appeler le Samu (15, ou 112 à l'international) dans les plus brefs délais, notamment si la victime est inconsciente.

En cas de fièvre trois médicaments sont prescrits en particulier :

  • l'aspirine (antalgique) ;
  • le paracétamol (antalgique) ;
  • l'ibuprofène (anti-inflammatoire).

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !