Anti transpirant

Écrit par les experts Ooreka

 

Les déodorants et les anti transpirants (aussi appelés antiperspirants ou antisudoraux) ne contiennent pas les mêmes principes actifs, et n'ont donc ni la même action ni le même rôle. En effet, les anti transpirants sont des régulateurs qui influent sur la sécrétion de sueur, contrairement aux déodorants qui se contentent de masquer les odeurs de transpiration avec un parfum et réduisent le nombre de bactéries.

Formes d'anti transpirants

Ce type de produits se présente sous forme :

  • de stick ;
  • de bille ;
  • d'aérosol ou de spray (moins de principes actifs que les précédents) ;
  • de crème (qui ne laisse pas de traces tout en donnant une sensation douce).

Fonctionnement des anti transpirants

Les anti transpirants vont faire en sorte de réduire la transpiration des aisselles en contrôlant la sécrétion de sueur. Pour cela :

  • Ils déposent les sels d'aluminium qu'ils contiennent.
  • Ceux-ci se dissolvent au contact de la sueur ou de l'humidité et déposent une fine pellicule, un gel, qui va resserrer les pores de la peau et donc réduire (temporairement) la transpiration.

Ces sels d'aluminium sont également en mesure de détruire les bactéries présentes sur la peau, ce qui contribue à limiter la formation d'odeurs de transpiration désagréables.

Préconisations d'utilisation

On réserve ce type de produits aux transpirations les plus importantes, car ils bloquent directement le processus de transpiration qui est pourtant un mécanisme physiologique normal, naturel et nécessaire.

Les anti transpirants composés de sel d'aluminium tels que le chlorure d'aluminium sont donc préconisés en cas d'hyperhidrose seulement.

Dans les cas contraire, il vaut mieux les éviter autant que faire se peut.

Composition des anti transpirants

Les anti transpirants comportent :

  • des sels d'aluminium qui sont leurs principes actifs (souvent du chlorhydrate d'aluminium pour les sprays et les billes, ou du zirconium pour les sticks et les gels) ;
  • de l'alcool qui favorise le séchage et la sensation de fraîcheur ;
  • des agents anti-microbiens pour réduire le nombre de bactéries et les odeurs de transpiration dues à la dégradation de la sueur par les microbes (ces produits ralentissent également leur développement, ce qui maintient l'absence d'odeur assez longtemps) ;
  • des parfums pour masquer les odeurs ;
  • des huiles émollientes (glycérine ou huiles végétales) pour :
    • apaiser les irritation cutanées (cela confère également une sensation de glissement aux billes et aux sticks) ;
    • éviter le séchage du produit et la formation de dépôts ;
  • de la silice pour absorber l'huile émolliente afin de ne pas trop graisser la peau ;
  • des substances de support :
    • liquides pour les sprays (généralement du cyclométhicone) couplées à une substance minérale (le disteardimonium hectorite) ;
    • solides pour les sticks avec une combinaison de produits (l'huile de ricin hydrogénée, les triglycérides et l'alcool stéarylique) ;
  • des parabens, qui sont des conservateurs (tous n'en contiennent pas, car les produits peuvent souvent se conserver tels quels) ;
  • des gaz servant à propulser le produit pour les anti transpirants en aérosols (en général, du butane, de l'isobutane ou du propane).

Précautions d'usage

Les anti transpirants possèdent un pH acide qui peut se révéler agressif pour les peaux les plus sensibles. Il faut donc les utiliser avec modération.

Utilisation idéale

L'utilisation idéale consisterait à les appliquer deux soirs de suite une fois par semaine durant un mois (c'est-à-dire en tout 8 fois). Au bout d'un mois, passez à une fois par semaine seulement.

Dans tous les cas, il est préférable de ne les employer que sur une peau sèche, propre et surtout ne comportant pas de lésion. C'est la raison pour laquelle ils ne sont pas recommandés dans les 48 h après s'être rasé ou épilé les aisselles, car celles-ci peuvent alors présenter des micro-coupures.

À noter : utiliser la pierre d'alun sera dans ce cas idéal, puisque non seulement elle cicatrisera les coupures dues au rasage, mais elle agira en plus comme un déodorant naturel.

Il convient d'appliquer ces produits le soir, car c'est généralement pendant la nuit que la transpiration est la moins importante. Cela laisse donc le temps au produit de faire effet (de rétrécir les pores) sans qu'il soit éliminé par la sueur.

On favorisera la pénétration du produit en effectuant un léger massage.

Localisations

Généralement employés pour les aisselles, les anti transpirants peuvent également être utilisé dans d'autres zones de sudation :

  • Les mains.
  • Les pieds : le plus simple reste les sprays, qui permettent de bien appliquer le produit entre les orteils.
  • La poitrine.
  • Le dos.
  • Ou même l'aine et le visage, si vous prenez toutes les précautions nécessaires. Pour le visage, effectuer un test de tolérance préalable est indispensable : pour ce faire, faites une légère application à proximité de la racine des cheveux, sur le haut du front.

Effets secondaires

Les anti perspirants sont susceptibles d'entraîner :

  • des allergies ;
  • des démangeaisons, des irritations ;
  • des sensations de brûlure ;
  • des eczémas.

Il faut aussitôt cesser d'utiliser les anti transpirants si on présente un de ces symptômes.

Pour éviter ce type de désagréments, les spécialistes conseillent de procéder, dans un premier temps, à des applications d'un produit de faible concentration en sels d'aluminium (10 %). Si aucune irritation ne se fait sentir et si l'efficacité est insuffisante, on pourra prendre des produits ayant une concentration plus élevée.

À noter : les anti transpirants les plus concentrés sont susceptibles de détériorer les vêtements.


Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !